elementstyle

_______________________

Calendrier du
Syndicat d'Initiative

calendrier-SI-2014-1.jpg

Taille de caractère:

Nos villages

ATHUS

images/tourisme/athusacier.jpg

Curieuse destinée que celle de cette localité qui connut une croissance effrénée de sa population liée à la création de la Société des Hauts-fourneaux d’Athus , à l’installation de la ligne de chemin de fer Athus-Meuse et à l’ouverture de la gare, à la fin du XIXe siècle.

Aujourd’hui, deux expositions permanentes sont visibles dans le bâtiment réaménagé de la chaudronnerie et de l’atelier mécanique de l’ancienne usine fermée en 1977 :

Athus et l’Acier vous plonge dans l’ambiance de ces usines où l’homme domestiquait le fer dans la chaleur, la poussière et le bruit.

Exposition permanente Athus et l'acier

Adresse : Mme Anne-Marie BIREN
Ancien site de l’usine d’Athus, 11 rue du Terminal ATHUS
Tél.: 063/22.18.46, GSM : 0495/46.19.20 ou Tél.: 063/38.67.39 après 17h
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Prix : 3 €/adulte,
2 €/personne pour des groupes de 15 personnes minimum,
1,50 €/étudiant, gratuit pour les moins de 12 ans.
Horaires : tous les premiers samedis du mois de 14h à 17h ou sur rendez-vous.

L’Univers des pompiers recèle une magnifique collection de toutes les époques et origines et compte de nombreux véhicules anciens …

images/tourisme/univers.jpg

Exposition permanente l'univers des pompiers

Adresse : rue Fernand André, bloc 8,
1er étage Pôle Européen de Développement, Athus, zone B1
Prix : 3 € par personne,
1,5 € étudiants,
2€ par personne pour les groupes (15 pers. min.)
gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.
Horaires : le jeudi de 10h à 12h et de 14h à 17h
ou sur rendez-vous
Jean-Jacques BIOT
Tél.: 063 38 84 17 GSM : 0477 20 29 68
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://universpompiers.hebergratuit.com

 

Situé au cœur de la ville, le quartier Pesch a conservé son charme originel. Il s’ouvre sur un parc de détente, véritable joyau de verdure épousant les méandres de la rivière Messancy. (photo)

Il se partage entre des espaces de détente, de découverte et d’amusement pour les plus jeunes dont notamment une plaine de jeux adaptée aux enfants à mobilité réduite. Il vous invite à flâner en observant des espèces animales de notre région, des parterres jardinés et des plantes odorantes.

En suivant le sentier qui longe ce cours d’eau vous rejoignez le chemin de randonnée luxembourgeois.

HALANZY

« Allons-y », appellation consacrée par la tradition populaire en référence aux sources d’eau ferrugineuse qui, autrefois, ont assuré la réputation de cette localité.

Premier en Gaume pour qui vient de l’Est, ce village lorrain typique, bâti au pied de la cuesta bajocienne, possède un riche passé industriel interrompu par la fermeture de son usine en 1939 et définitivement gommé par celle de la seule mine de fer de Belgique, fin 1978.

Sur la Grand-place, une locomotrice, L’Américaine, et ses wagonnets ainsi que le menhir de l’artiste Fernand Thomasi symbolisent le passé minier de la localité.

images/tourisme/calvaire.jpg

images/tourisme/placehalanzy.jpg

images/tourisme/hotelville.jpg

A la sortie du village, un immense calvaire, érigé en 1930, surplombe le village et la vallée de la Batte. Construit en remerciement de la protection divine dont a bénéficié Halanzy durant la guerre 1914 –1918, ce monument est situé au centre d’un terre-plain destiné à accueillir les fidèles durant les offices célébrés en plein air.

 

RACHECOURT

battincourt

Présentons l’autre village gaumais de la commune. Blotti au creux de la vallée, Rachecourt est traversé par le ruisseau du Haza. Il a été, à plusieurs reprises, lauréat du challenge « Village propre et fleuri » organisé par la Fédération touristique du Luxembourg belge.

Au mois d’octobre, sa fête de la pomme attire des milliers de visiteurs.

En vous référant au plan de promenade du village, vous découvrirez de beaux exemples de la typologie de l’habitat traditionnel gaumais qui se définit par de longues rangées d’habitations jointives, séparées de la voirie par un usoir, le verger didactique, le bief et son moulin, deux anciens lavoirs.

Vous pourrez également découvrir une intéressante série de calvaires des XVIIe et XIXe siècles.

AUBANGE

C’est un carrefour qui sert de trait d’union entre le Gutland luxembourgeois mystérieux, la Gaume accueillante et la Lorraine joyeuse.

Au début du XIVe siècle, la famille d’Autel acheta une partie d’Aubange qui comprenait le domaine de Clémarais. La construction du premier château remonterait à la fin de ce siècle. Une tour carrée, vestige du premier château se dresse en sentinelle inamovible des dépendances du second édifice (XVIIe s.) qui abritent le syndicat d’initiative et du nouveau logis édifié en 1839, occupé aujourd’hui par l’hostellerie « Le Claimarais ».

La fontaine et la stèle de la place communale d’Aubange renommée place abbé Michel GIGI en l’honneur de ce missionnaire originaire d’Aubange qui s’est dévoué corps et âme pour sa paroisse de CYEZA pendant 26 ans. C’est en accompagnant ses paroissiens en exode, lors du génocide rwandais, qu’il est mort d’épuisement le 6 juillet 1994 à l’âge de 54 ans. Né a AUBANGE, le 7 avril 1940, il est décédé le 6 juillet 1994 à KIBANGU (RWANDA).

images/tourisme/place.jpg

images/tourisme/croixjustice.jpg

A l’entrée de l’ancien cimetière, une colonne de pierre semble rappeler l’affranchissement ancien du village grâce à la Loi de Beaumont. Si certains y voient le montant d’une croix de justice, la tradition populaire en fait un pilori.

Quelques éléments étayent cette croyance : cette colonne placée au sommet de plusieurs marches est couronnée d’un élément décoratif. De plus, elle est située au centre du village, sous un bouquet de tilleuls vieux de plusieurs siècles.

 

AIX-SUR-CLOIE

Ce village rural situé en bordure de la zone germanophone a conservé une série de calvaires et plusieurs bâtiments intéressants du XVIIIe siècle : principalement des fermes dont l’architecture est typique du Pays d’Arlon.

C’est sur son territoire que l’on fit la découverte d’un bracelet en bronze de l’époque gauloise de la Tène (IV avant J.C.) conservé au Musée Archéologique d’Arlon ; il confirme une occupation ancienne du site.


GUERLANGE

Ce joli petit village niché sur un haut-plateau, visible de loin, tint, avec la ferme-château de Noedelange (XIVe siècle), un rôle clé dans l’histoire régionale. Ce bâtiment classé repose au cœur de la vallée du même nom.

Sa construction originelle date du XIVe siècle. Son imposant logis cubique fut transformé au début du XVIIe siècle. Il est coiffé d’une toiture à quatre pans et comprend des dépendances rurales qui datent du début du XVIIIe siècle.

En face de la ferme un tilleul creux vieux de plus de 500 ans et ayant 7 mètres de circonférence est classé

L’importance de la localité trouve son expression dans la richesse encore apparente de l’ancienne église dont quelques éléments gothiques ont été inclus dans la chapelle du cimetière. Son mobilier – dont une chaire sculptée par J.G. Scholtus de Bastogne – a été transféré dans la nouvelle église construite en 1857.

Le nombre et la qualité des stèles conservées dans le cimetière classé (photo) témoignent effectivement d’une richesse ancienne et de l’évolution de l’art funéraire.

L’histoire de cette localité se confond en grande partie avec celle de ses seigneurs et notamment le fameux Junker Dietz, Henri de Bessay (1705-1776), chasseur maudit dont le fantôme hante parait-il encore le village par les nuits de tempête.


BATTINCOURT

Paisiblement blotti au fond d’une vallée, ce charmant petit village est le berceau du ruisseau de la Batte né de l’apport de sept sources dont certaines alimentent des nombreux étangs.

images/tourisme/etang.jpg

Au fil de vos promenade un ancien lavoir restauré vous accueille.

Dans l’église Saint-Nicolas, édifice néo-gothique du XIXe siècle, les vitraux immortalisent le souvenir des fils du village tombés durant les deux guerres mondiales : chacun présente le portrait d’un de ses jeunes homme.

Vous pourrez aussi y admirer deux statues en pierre polychrome du XIVe siècle.

images/tourisme/eglisebattincourt.jpg

En 1914, une grotte en l’honneur de Notre-Dame de Lourdes fut aménagée dans le flanc d’un coteau, par le chanoine Paul Ley, héros des deux guerres,. Depuis, chaque année, un pèlerinage y est organisé le lundi de Pentecôte.

Le village accueille chaque premier dimanche d’aout une grande brocante artisanale qui accueille des milliers de visiteurs de toute la région


Afficher Culture Tourisme sur une carte plus grande